Webzine

Search Pearls 90's // Al Agami // Covert Operations (1993)
Search Pearls 90's // Al Agami // Covert Operations (1993)
Artiste   Al Agami
Album Covert Operations
Année 1993
Ville Danemark


Je me suis promis de changer un peu de destination pour la prochaine chronique. Voilà c’est fait. On débarque sur le Vieux continent, à Copenhague. Oui oui parfaitement au Danemark !! Ce n’est pas franchement la destination où on s’attend à entendre du gros hip-hop. Il est vrai que la scène hip-hop au Nord de l’Europe est en train de prendre de l’ampleur aujourd’hui mais reconnaissons que le rap européen a été porté à ses débuts principalement par l’Angleterre et la France. 

Al Agami, de son nom complet Julius Robert Aleni Agami, est arrivé au Danemark dans les années 70. Son histoire personnelle est loin d’être courante et va me permettre de faire une digression vers un autre sujet. 

Al Agami est le fils de John Bart Agami, roi de Lado, un ancien royaume d’Afrique situé en plein cœur du continent dans la région des grands lacs. Ce royaume a pris une importance stratégique énorme dès la période des luttes coloniales. Situé au nord du Lac Albert, son territoire englobe le très convoité Nil Blanc. A la fin du XIXème siècle, les anglais négocient avec les belges pour essayer d’évincer une présence française dans la région. Devant cet appétit féroce des européens, les locaux deviennent des pions sans importance qui une année se réveillent en étant congolais, une autre soudanais et encore une autre ougandais. Aujourd’hui, le nord du royaume fait parti du Sud Soudan. Djouba, l’actuelle capitale du Sud Soudan est située entre la capital du royaume, Lado et la stratégique ville portuaire de Redjaf. Le sud du royaume est parti aux mains de l’Ouganda dès 1912. Dans les années 70, Idi Amin Dada tyrannise l’Ouganda par de terrifiantes et sanglantes répressions. Le roi John Bart Agami fuit la dictature avec sa famille et est accueilli au Danemark. Cet exil se poursuit encore aujourd’hui. La région reste un point stratégique, théâtre de conflits armés et d’exactions en tout genre. Avec la naissance nouvelle du Sud Soudan, les instabilités politiques, les incroyables richesses de son sous-sol et les lucratifs et sombres trafics qui s’y passent, personne ne veut vraiment entendre parler de la résurgence du royaume. Les questions géostratégiques, économiques et même religieuses sont complexes et s’étendent bien au-delà des frontières fictives du royaume.

Mais revenons à la musique. En 1993, Al Agami enregistre son premier album, Covert Operations. Lorsqu’on écoute les 11 tracks pour la première fois, on ressent tout de suite l’influence du hip-hop hardcore et brutal de la Grosse Pomme. Au menu, de grosses intrus riches, rythmées et tranchantes. L’album d’Al Agami nait d’une rencontre avec DJ Phase 5. On retrouve aussi les frangins d’Al Agami sur certains titres comme Nothin Like An Idiot, Ruff Nekkin’ It ou Damm. L’ensemble est emprunt de rage et de forte conviction politique. Agami y parle notamment de l’Afrique.

Si vous aimez le son East Coast du début des années 90, vous ne serez pas dépaysé. 

Par la suite, Al Agami a fait des incursions au cinéma et dans des séries TV. Il a joué notamment un second rôle dans le film de Lars Von Triers, Dancer In the Dark avec Bjork. 

Musicalement, il a continué le hip hop avec notamment un autre rappeur danois, Thomas Blachman. Ensemble, ils sortent en 1994 un album à forte influence jazzy. Certains titres sont corrects mais sans plus. 
 

Au fil du temps, il s’est fourvoyé dans des productions foireuses genre latino-caribéen. Et si vous ne me croyez pas, en voici la preuve en image. Arriverez-vous à tenir plus de 10 secondes sans éclater de rire. 
 


Allez pour finir, revenons à ce qu’il a fait de mieux. 
 
video ci dessous



Written by Arkmay


- posté par reno -